• Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de  l'Enfant Jésus

Carmel de Verdun

Témoignage de vocation d'une carmélite

                               soeur du Carmel de Verdun

Avant l’âge de 18 ans jamais je n’avais envisagé le chemin de la vie religieuse, je désirais avoir une profession au service des autres, me marier et bien sûr avoir des enfants. Et puis les choses ont pris un autre cours…

Je suis née dans une famille pratiquante plus par tradition que par véritable foi vivante et arrivée à l’adolescence, j’ai laissé tout tomber… En gardant cependant, dans le fond,  une certaine foi en Dieu, avec des interrogations, une quête... Mais Dieu restait pour moi un Etre lointain, qui ne changeait pas grand chose à ma vie : Lui devait me chercher sûrement  plus que je ne Le cherchais… Et puis ce fut la rencontre, en ma 18ème année justement, au cœur de la plus sombre période de ma vie où il ne m’était même pas venu à l’idée de me tourner vers Lui…

 Pour mettre des mots dessus, je dirais que c’est le Christ souffrant que j’ai rencontré qui venait me dire combien Il m’Aimait, combien Il m’avait toujours Aimée et combien Il avait soif de mon Amour… Et derrière ce visage c’était aussi le visage de tous ceux qui meurent de ne pas se savoir Aimés que je voyais… Cela n’a pas été une expérience de l’ordre du sensible : je n’ai rien vu, entendu ou même senti… Mais il m’a été donné de comprendre beaucoup de choses en un instant et ma réponse spontanée fut : « Seigneur, pour Toi, pour eux je veux bien vivre, je te donne ma vie, fais-en ce que Tu en veux, si c’est dans le mariage et en travaillant auprès de personnes en souffrance, je dis « oui »… Si c’est dans un monastère pour T’Aimer, accueillir ton Amour et m’offrir avec Toi pour que Tu rejoignes ceux qu’humainement on ne peut plus rejoindre, je dis « oui »… Et cela sans vraiment trop savoir ce que c’était la vie monastique. Là dessus, la « Petite  Thérèse » a vite pointé son nez par l’entremise d’un livre qui m’est tombé fortuitement sous la main. Elle est devenue alors pour moi une amie, une mère, une maîtresse : non seulement en m’aidant à remonter la pente, mais aussi en me conduisant à Jésus et en me faisant découvrir toute la richesse de la spiritualité du Carmel, avec ses grandes figures comme Ste Thérèse d’Avila, St Jean de la Croix, Elisabeth de la Trinité… Et plus j’allais, plus je découvrais l’Amour du Seigneur, plus c’était le désir de la vie religieuse qui grandissait en moi. 

Enfin, j’ai tout de même pris six années pour discerner et mûrir les choses, tout en entreprenant des études de psychologie clinique, si finalement c’était l’autre voie qui se dessinait… Jusqu’au moment où ça a été clair : mon cœur était déjà tout à Lui, je ne me voyais plus à un autre…Mon désir : être toute sienne et le devenir de plus en plus… Pour la joie de Dieu et le Salut du monde, mystérieusement… Sr M-B.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.