• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Joie de rencontrer des religieux "différents"

coquelicots8-abbaye-maumontNous avons senti battre le coeur de l'Eglise ...

Vous avez dit réduction du nombre des vocations, vieillissement des religieux ? et j’en passe sur ce que l’on peut entendre quant à la vie religieuse dans nos pays de vieille chrétienté !!!


Moi je dirais, oui et non, en témoigne le rassemblement organisé par la CORREF le week-end du 1er mai à Paris. Plus de 700 jeunes religieux et religieuses (moins de 45 ans et/ou moins de 15 de vœux) se sont retrouvés à Antony à l’Institution sainte Marie (école, lycée, collège, prépas, 3500 élèves) pour vivre ces trois jours sous le signe de la Joie « être missionnaire de la joie ». Était représenté plus d’une centaine de communautés, congrégations…tant apostoliques que contemplatives, une bonne mobilisation donc,  les cinq continents représentés, la catholicité de l’Église ! Belle expérience !
Rencontres riches, partages sur la manière de vivre l’Évangile avec nos charismes propres, mais toujours une joie diffuse, « je n’arrive pas à laisser tomber ma joie » disait une sœur.  C’est cela qui a fait la réussite de ce rassemblement.
Une conférence de monseigneur Carballo, un des responsables à Rome de la vie consacrée, nous a parlé de la joie, elle n’est pas en plastic ! Elle peut être présente même dans les moments sombres de notre histoire personnelle ou communautaire. Il faut savoir faire mémoire du jour de son engagement, la joie de ce jour n’était pas fausse, elle venait de l’Esprit Saint, il est important de ne pas l’oublier ! Y revenir sans cesse, inlassablement.
Un moine témoignait « n’ayez pas peur de la joie difficile ».
adoration-maumontLa prière ensemble était un moment fort, même différents dans nos modes de vie, c’est toujours un même Seigneur que l’on loue, chants avec des paroles profondes qui touchent le cœur.
Nous avons rencontré des religieux éducateurs passionnés de leur mission auprès des jeunes, et contempler le fruit de leur travail : la « Don Bosco Academy », une comédie musicale actualisant le message de Don Bosco, ceci pour le 200ème anniversaire de la naissance de ce saint. Nous avons été émerveillées de voir combien les jeunes s’étaient impliqués pour la réussite de ce spectacle : chants, chorégraphies, costumes… et combien ils en sortaient transformés !
Aller à la rencontre de l’autre, c’est valable pour chacun dans sa vie religieuse, mais il s’agissait d’aller à la rencontre du religieux, mon voisin, qui vit probablement différemment de moi surtout si je suis religieuse cloîtrée et non sur le terrain. Même si chacun a à vivre la conversion du cœur là où il est ! Échanges fructueux, il y a à apprendre de l’autre qui nous mène à l’Autre, Celui à qui nous avons donné notre vie !
Nous avons senti battre le cœur de l’Église, il est bien vivant !

Sr Estelle et Sr Mechtilde, bénédictines.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.