• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Ah, çà alors ! Personne ne me l'avait jamais dit !

amour vocation abbaye de maumont   4° dimanche T.O.   B

   Mc. 1,21-28                                     

   La page d’Evangile de ce jour me saisit chaque fois que je la lis ! Pourquoi ? Parce qu’elle dit tout de Jésus. L’évangile selon saint Marc pourrait s’arrêter là. Toute la Bonne Nouvelle est donnée.

   En trois temps bien dessinés, Jésus écrit pour nous sa carte d’identité.

   Nous sommes toujours au premier chapitre de l’évangile de Marc. Son écriture alerte ne s’arrête pas sur tous les détails. L’essentiel, seul, l’intéresse. Comme s’il écrivait pour nous, lecteurs du XXI° siècle, toujours pressés de savoir. Nous voulons savoir ? Eh bien, nous saurons. Huit versets vont suffire. Dans ceux qui précèdent le passage d’aujourd’hui, les personnages principaux sont déjà campés : « Jésus, Fils de Dieu » (v. 1), son affrontement avec le Satan (v. 13), l’appel des premiers disciples qui lui emboîtent le pas (v.18.20)>. Le Sabbat et la synagogue complètent le décor de la scène.

   Premier temps : Jésus se révèle rabbin. Il est juif. Il enseigne à la synagogue. Marc ne nous rapporte pas une seule de ses paroles. C’est par l’intermédiaire de ses auditeurs que nous apprenons qu’« il enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes ». Le témoignage des autres peut donc aider à se mettre en relation avec Jésus, et à faire la différence avec les marchants de bonheur facile qui ne manquent de faire payer chères leurs utopies.

   Deuxième temps : alors que Jésus parle encore, « un homme » (littéralement, « un humain ») qui nous représente donc tous est là, non en auditeur libre mais « possédé ». La parole de Jésus change d’interlocuteur. Au style direct, il intime à son ennemi n° 1 de quitter la place : « Sors de cet homme ! » Voilà la seule parole que nous devrions retenir, la seule, l’unique qui nous est lancée comme une planche de salut au sens littéral du terme. C’est bien Jésus, Dieu-Sauve, qui vient de parler, haut et fort. Le double effet de cette parole ne se fait pas attendre : le possédé est libéré, l’auditoire est déplacé. Voilà bien la nouveauté, le cœur de l’enseignement de Jésus, le seuil véritable de tous les miracles de Jésus.

 vague3 abbaye maumont Troisième temps : Ah, çà alors, personne ne me l’avait jamais dit !!! Bien sûr, parce qu’il a fallu entrer plus avant dans l’intelligence de la personne de Jésus, ce que nous ne cessons de faire les uns et les autres, pour reconnaître vraiment que c’est lui le Sauveur du monde. Oui, l’Evangile s’arrête là au moment même où il commence.

  Comme la vague au bord du rivage laisse son écume, trace de son passage. Que « la renommée de Jésus » continue, avec nous, de s’étendre. « Rallumez votre foi » (Pape François aux jeunes du Chili), réchauffons-la à cette flamme allumée dans une synagogue, un jour de Sabbat.

1
0
0
s2smodern